samedi, octobre 23Nouvelles importantes

LE BALAI CITOYEN INTERPELLE LE GOUVERNEMENT MPP ET SES ALLIES

Le jeudi 18 janvier à Ouagadougou, le mouvement Balai citoyen a tenu un point de presse. Une conférence de presse qui a eu pour objectif d’analyser la situation nationale à travers un regard sur la gouvernance du régime du président Kaboré, au plan social, économique, sécuritaire et judiciaire. Pour le Balai citoyen, c’était une occasion pour interpeller une nouvelle fois le parti au pouvoir et ses alliés sur les préoccupations des Burkinabè.

SUR LE PLAN SOCIAL
Le Balai citoyen a déploré une grave crise de la gouvernance sociale et a pointé du doigt la politique de gestion de nombreuses grèves qui secouent le Burkina Faso post-insurrectionel. “Notre pays est marqué par une grave crise de la gouvernance au plan social. La crise actuelle qui met à mal notre système éducatif, est révélatrice de la qualité de la gouvernance actuelle de notre pays. Après deux ans de règne, la coalition au pouvoir a montré son incapacité à articuler une politique cohérente de gestion du pays. La gestion approximative et par à-coups des nombreuses grèves qui ont secoué presque tous les secteurs de la fonction publique au cours des deux dernières années a révélé un manque d’audace et de créativité au sommet de l’Etat. Dans un contexte post insurrectionnel”, a expliqué l’organisation de la société civile dans sa déclaration liminaire. Le Balai citoyen est également revenu sur la crise qui mine le secteur de l’éducation nationale. “Notre système éducatif se meurt. Comment envisager la construction de l’avenir, si l’éducation dans toutes ses composantes est abandonnée à elle-même? Certes, notre système éducatif nécessite des réformes en profondeur, mais l’urgence aujourd’hui est d’éviter d’ajouter du mal au mal en faisant tout ce qui est possible pour sauver l’année scolaire. Pour le Balai citoyen la résolution diligente de cette crise, est une priorité qui engage la responsabilité pleine et entière du Gouvernement”.

SUR LE PLAN SÉCURITAIRE
 
Le Balai citoyen a appelé le Gouvernement à doter les FDS des moyens humains et matériels adaptés à la lutte contre le terrorisme et à créer un climat de confiance entre les FDS et les populations des zones concernées par les attaques terroristes. Il a aussi déploré l’incapacité des pays membres du G5 Sahel à trouver eux-mêmes les moyens nécessaires pour rendre opérationnelle la force conjointe. “Tout en saluant l’initiative de mutualisation des moyens de lutte contre le terrorisme à travers le G5 sahel, le Balai citoyen s’indigne de cette incapacité honteuse, des pays membres à trouver eux-mêmes, les 280 milliards annuels nécessaires à la prise en charge de la force militaire conjointe. Notre sécurité est-elle si peu importante, que nous n’avons aucun scrupule à l’abandonner à la générosité et au sacrifice d’autres pays? Pourtant, tout le monde sait que la sécurité précède le développement et qu’aucune action viable n’est possible sans un minimum de sécurité”.
 
SUR LE PLAN JUDICIAIRE
 
Le mouvement de la société civile a appelé le Gouvernement à faire de l’année 2018, l’année de la lutte contre la fraude et la corruption. Il a aussi souhaité qu’à ce titre tous les dossiers de corruption pendants devant les juridictions soient jugés cette année et quetous les cas de dénonciation doivent faire l’objet d’une enquête sérieuse. Le Balai citoyen a salué les avancées dans le dossier du putsch manqué, ainsi que ceux de Thomas Sankara et Norbert Zongo. “Le Balai citoyen se réjouit de l’avancée du dossier du putsch de septembre 2015 qui n’attend plus que le jugement. Il exhorte les acteurs judiciaires et le gouvernement à mettre tout en œuvre pour juger cette affaire dans les meilleurs délais. Il salue les avancées observées dans les dossiers Thomas Sankara et Norbert Zongo et invitent les acteurs judiciaires à s’engager davantage dans le traitement diligent de ces dossiers. Plus particulièrement, il les invite à faire suite aux engagements pris par le Président Emmanuel Macron à Ouagadougou, en mettant tout en œuvre pour l’exploitation concrète des archives françaises dans le dossier Thomas Sankara et l’extradition de monsieur François Compaoré. Il est de la responsabilité de la Justice de vider ses tiroirs des dossiers pendants afin de créer les conditions d’une vraie réconciliation nationale”.
 
SUR LE PLAN ÉCONOMIQUE
 
Le balai citoyen a interpellé le gouvernement sur la transparence la plus totale sur les contrats PPP conclus dans le cadre de la loi portant allègement des procédures de 2017. “Depuis l’adoption de la loi portant allègement des conditions de choix des partenaires en matière de Partenariat Public Privé (PPP) intervenue en juillet 2017, l’on assiste à des lancements de chantiers de réalisation d’infrastructures et de commandes d’équipements tout azimut. Le Balai citoyen appelle le gouvernement à clarifier davantage sa vision des PPP qui ne doit pas être source de dettes exorbitantes qui pèseront sur les épaules des futures générations, s’il n’amène pas tout simplement notre pays en cessation de paiement. Certains partenaires techniques et financiers du gouvernement ont déjà attiré l’attention des autorités sur ce risque”.
 
Pour conclure, le mouvement Balai citoyen a appelé le président du Faso Roch Kaboré et son gouvernement à “un sursaut patriotique pour redresser la barque Burkina Faso avant qu’il ne soit trop tard”.
 
 
Une synthèse de Péma Gaël

Comments

comments

Laisser un commentaire