vendredi, juin 18Nouvelles importantes

FORUM ECONOMIQUE DE DAVOS/DONALD TRUMP

FORUM ÉCONOMIQUE DE DAVOS/DONALD TRUMP : “L’AMÉRIQUE D’ABORD NE SIGNIFIE PAS L’AMÉRIQUE SEULE”

 

Le forum économique mondial de Davos s’est achevé le vendredi 26 janvier. Comme chaque année à la fin du mois de janvier, l’élite économique mondiale, chefs d’Etat et stars du show – business se retrouvent dans les montagnes suisses pour participer au Forum économique mondial dans la petite station de Davos. Pour le rendez-vous de 2018, le discours du président américain Donald Trump était très attendu. Trump est le premier président à se rendre à Davos depuis 2000, avec Bill Clinton.

Et comme à son habitude, le locataire de la maison blanche n’a pas fait dans la langue de bois. Morceaux choisis. Sur les principes du libre-échange et du multilatéralisme, Donald Trump a indiqué qu’il ferait passer avant tout les intérêts des Etats-Unis d’Amérique. , Je suis là pour représenter les intérêts du peuple américain et pour affirmer l’amitié et la coopération des Etat-Unis pour construire un monde meilleur. Je ferai toujours passer l’Amérique d’abord, tout comme les dirigeants d’autres pays devraient le faire aussi. Mais l’Amérique d’abord ne signifie pas l’Amérique seule.

Nous sommes en faveur du libre-échange, mais il doit être juste, et il doit être réciproque”, a expliqué Trump, avant d’ajouter qu’il ne fermera plus les yeux sur les pratiques commerciales inéquitables. “Nous ne pouvons pas avoir un commerce libre et ouvert si certains pays exploitent le système aux dépens d’autres “, a-t-il fait savoir. Le président américain n’a pas manqué l’occasion de rappeler la toute puissance de son pays.

“Le monde entier observe la résurgence d’une Amérique forte et prospère (…) le moment était idéal pour y investir et créer des emplois”, a déclaré Donald Trump face à l’élite de l’économie mondiale. Jusque – là, le président américain tenait un discours de consensus apprécié par son auditoire, mais a fini par se mettre à dos une partie de l’assemblée quand il s’agira de parler de ses rapports avec la presse. “J’ai toujours eu une très bonne presse quand j’étais homme d’affaires. Ce n’est qu’en devenant un homme politique que j’ai réalisé à quel point la presse peut être méchante et fausse “, a martelé le président de la première puissance mondiale. Au terme de cette déclaration, Donald Trump s’est fait copieusement huer.

Péma Gaël

Comments

comments

Laisser un commentaire