mardi, août 3Nouvelles importantes

« Les dernières attaques de Ouagadougou révèlent que le vers est dans le fruit » (Ismael Ouedraogo)

Les dernières attaques de Ouagadougou révèlent clairement la guerre ouverte contre le Burkina Faso. Être informé de la tenue d’une réunion de la hiérarchie militaire, il faut au minimum être dans une position stratégique. Le Burkina doit démasquer ses fils et filles qui travaillent à détruire le pays au profit de criminels sans scrupules. La situation est d’autant plus préoccupante qu’elle démontre que le vers est dans le fruit. Aujourd’hui au Burkina nous avons un ennemi commun que nous devons combattre. Arrêtons de faire l’apologie du terrorisme , arrêtons de montrer à l’ennemi que notre pays est fragile , arrêtons de montrer que la barbarie a été une réussite. Un Burkinabè digne et intègre ne saurait se satisfaire de la barbarie contre son peuple. Les balles assassines n’ont pas de nom de famille , pas de région, pas de ville ou d’ethnie. Les dégâts auraient pu être pire n’eut été la promptitude des forces armées burkinabè chose qu’il faut saluer . Au fil du temps, nous apprenons dans la douleur et nous capitalisons pour des victoires. Le Burkina sera toujours ce pays avec des policiers , gendarmes et militaires dévoués au service du peuple. Reconnaissons le sacrifice qui a été fait pour sauver des milliers de vies. Chaque Burkinabè doit s’approprier la lutte actuelle en devenant un relais important des messages et autres informations utiles à la cohésion nationale et à la lutte contre le terrorisme et le grand banditisme. Ayant un ennemi commun, nous devons nous unir car nous avons l’obligation de laisser à nos enfants un pays prospère et stable. La lutte contre le terrorisme est une question de souveraineté nationale et le Burkina Faso ne peut compter que sur lui-même pour mettre fin à cette violence inouïe contre son peuple.
Dieu veille sur le Burkina .

Comments

comments

Laisser un commentaire