samedi, octobre 23Nouvelles importantes

ATTAQUES DU 2 MARS : RÉACTIONS DES POPULATIONS

ATTAQUES DU 2 MARS : RÉACTIONS DES POPULATIONS

Quelques jours après la double attaque survenue à Ouagadougou, la vie a repris son cours normal au Pays des Hommes intègres. Les barrages qui avaient été érigés sur les sites attaqués ont été levés. Cependant, la crainte de nouvelles attaques demeure chez les populations même si elles ont repris les activités quotidiennes.

Dans la matinée du mardi 6 mars, le centre ville de Ouagadougou a retrouvé son habituelle animation, mais le drame du 2 mars dernier est encore présent dans les esprits. Quelques citadins interrogés par nos soins, nous ont livré leurs réactions. Pour Inoussa Zampaligré, vendeur d’objets d’art, c’est une véritable catastrophe qu’à vécue la capitale burkinabè. “Ce qu’on a vécu le vendredi dernier était catastrophique. Puisque c’est vers 10h que nous avons entendu les premiers coups de feu. Aux environs de 10h24, nous avons entendu les tirs à l’arme lourde. C’était la panique et la désolation totale. Les gens couraient dans tous les sens.

C’est par la suite que nous avons appris que l’ambassade de France et l’Etat Major général des armées étaient les cibles de ces attaques”, a expliqué M.Zampaligré. Quant à Traoré Salfo, vendeur de pièces détachées, il estime que la population burkinabè doit plus que jamais s’unir et ne pas baisser les bras.”On va continuer à se battre jusqu’à la fin. C’est notre pays, on n’a pas le droit de baisser les bras. Donc nous devons continuer à vivre”, a-t-il fait savoir. Il faut cependant noter qu’une frange de la population craint encore de nouvelles attaques, après les attentats qui ont fait huit morts chez les forces de sécurité et des dizaines de blessés.

Madame Kabré, commerçante de profession, nous a confié qu’il va falloir beaucoup prier pour éviter un autre drame. “Que la paix soit sur le Burkina Faso. Nous les croyants allons beaucoup prier pour que ces terroristes ne viennent plus jamais au Burkina Faso, a-t-elle clamé. Quant à Nignan Moussa, il estime qu’il va falloir travailler à mettre un terme à ces attaques. “Immédiatement, il faut que cela s’arrête. Franchement dit, à l’allure où vont les choses, on a tous peur.

Notre Etat Major attaqué, c’est à dire que c’est le coeur de Ouagadougou qui a été attaqué. C’est dire que nous populations des quartiers périphériques ne sommes pas en paix. S’ils décident de nous attaquer, ça se fera en une fraction de seconde. Personnellement, je suis habité par la peur”, a expliqué M.Nignan. Rappelons que la double attaque survenue le vendredi 2 mars a été revendiquée par un mouvement jihadiste lié à Al-Qaïda. Le Président togolais, président en exercice de la Cedeao, Faure Gnassingbé et son homologue du Niger, président en exercice du G5 Sahel, Mahamadou Issoufou sont venus le lundi 5 mars 2018, à Ouagadougou, quelques jours après le double attentat survenu dans la capitale burkinabè.

Le Président du Faso Roch Kaboré qui a reçu ses homologues au palais de Kosyam, a salué la solidarité agissante des pays de la Cedeao et ceux du G5 Sahel. Pour lui, le déplacement de ces deux Chefs d’État est un témoignage éloquent dans la lutte contre le terrorisme.

 

Péma Gaël

Comments

comments

Laisser un commentaire