samedi, octobre 23Nouvelles importantes

EMBOUTEILLAGES A OUAGADOUGOU : UN ENFER POUR LES USAGERS DE LA ROUTE

Les embouteillages sont devenus récurrents dans la ville de Ouagadougou. Se frayer un chemin est désormais une affaire de gymnastique et de stratégie. Chacun y va de son ingéniosité avec pour objectif : arriver à destination. Une situation qui agace de plus en plus les usagers de la route, dans la capitale burkinabè.

Boureima Sissao, un motocycliste que nous avons rencontré dans la circulation a bien voulu nous livrer son avis sur la question des embouteillages. “Ces embouteillages sont devenus un véritable casse – tête pour la population. Nous avons toutes les peines du monde pour circuler”, a-t-il fait savoir. Même son de cloche avec Ali Ouédraogo, coincé dans son véhicule depuis plusieurs minutes en raison d’un bouchon qui s’est créé dans le centre – ville. “C’est dommage et vraiment compliqué, surtout que l’autre voie qui mène à l’hôpital a été fermée. Nous rencontrons vraiment des difficultés surtout aux heures de pointes de la matinée”, a-t-il exprimé.

© Bsr scoop

Des va et vient incessants, des arrêts permanents. L’ embouteillage est devenu tout simplement le train – train quotidien des populations de Ouagadougou. Un calvaire qui peut avoir des explications selon Karim Traoré que nous avons interrogé à bord de son véhicule. “De nos jours, nombreux sont les usagers de la route qui possèdent un engin à quatre roues, alors que les routes sont étroites. De plus avec les motos qui se fofilent entre les voitures, ça rend la circulation difficile”, nous a expliqué notre interlocuteur. Il faut noter que le tronçon de la voie du centre hospitalier universitaire Yalgado qui est en chantier, serait l’une des causes qui justifient les embouteillages sur certaines artères de la ville de Ouagadougou, à en croire certains usagers. Pour Ahmed Ouédraogo, “tout est bloqué au niveau de l’hôpital Yalgado. Depuis plus de deux ans les travaux sur ce tronçon n’ont pas été achevés”, a martelé M.Ouedraogo.

Une situation qui n’est pas sans conséquence sur les activités socio-économiques des populations.”Il faut dire que ces embouteillages ont un mauvais impact sur nos affaires. Nous sommes donc obligés de nous lever tôt le matin pour être certains d’arriver à l’heure au travail ou à des rendez-vous. Aux heures de pointes, la situation est infernale”, a expliqué Ahmed Ouédraogo. Parlant justement d’heures de pointes, le calvaire des usagers est plus saisissant quand il s’agit de regagner son domicile dans la soirée. Souleymane Traoré nous explique son calvaire : ” Je suis bloqué dans ce bouchon depuis une vingtaine de minutes. Compte tenu aussi des récentes attaques terroristes (attaques du 2 mars), Il y a de nombreux barrages et nous sommes obligés de faire avec mais cela devient agaçant”.

Face à une telle situation, que faut – il donc faire pour y remédier ? Le maire central de la ville de Ouagadougou assure qu’un plan est en projet en collaboration avec le ministère en charge des transports. “Bientôt vous allez voir des campagnes de sensibilisation où certaines grandes artères seront dédiées à des sens uniques et alternatifs. C’est à dire que le matin on va dans un sens et l’après midi dans un autre sens en tenant compte des affluences et des attraits des différentes centralités de la ville. Nous allons également augmenter le nombre de voies bitumées. Cela va participer à l’amélioration de la circulation”, a expliqué Pierre Armand Béouindé.

En attendant la mise en œuvre de ces mesures, la police municipale continue son travail de sensibilisation et travaille à réguler la circulation afin de rendre moins périlleuse la circulation pour les usagers.

Péma Gaël
Ibrahim Sanou

Comments

comments

Laisser un commentaire