mardi, août 3Nouvelles importantes

L’AFRIQUE DU SUD REND UN NOUVEL HOMMAGE A WINNIE MANDELA

Des milliers de Sud-Africains ont rendu mercredi 11 avril dans un stade du township de Soweto un nouvel hommage populaire à l’héroïne de la lutte anti-apartheid Winnie Mandela, ancienne épouse du président Nelson Mandela, décédée le 2 avril dernier à l’âge de 81 ans. Un deuil national a été décrété jusqu’à samedi 14 avril, date de ses funérailles officielles. 

© AFP

Le stade emblématique d’Orlando, un des quartiers de Soweto, a été le théâtre de la première cérémonie d’hommage à Winnie Madikizela-Mandela. Cet émouvant hommage a servi de répétition générale du rassemblement du samedi 14 avril qui sera présidé par le Président Cyril Ramaphosa. Au milieu des chants et des milliers de drapeaux vert, jaune et noir de l’ANC, proches, militants et dirigeants politiques se sont succédé à la tribune du stade pour célébrer sa mémoire. « Elle était une femme extraordinaire, une mère, un soldat, une combattante […], je pensais qu’elle vivrait pour l’éternité », a lancé à la foule un de ses nombreux petits-enfants, Bambatha Mandela. Le vice-président sud-africain, David Mabuza, s’est également montré élogieux envers la mère de la nation sud-africaine. « Tu es le porte-drapeau de notre libération. Même si nous ne te voyons plus, la forteresse noire de la dignité humaine ne pourra pas disparaître du cœur saignant de l’Afrique ». « Elle aurait pu déménager pour les banlieues, comme beaucoup d’entre nous, mais elle a choisi de ne pas le faire », a rappelé à la tribune son petit-fils Bambatha. « Je ne pense pas vouloir me lever au milieu de mes ennemis », avait-elle coutume de dire, a-t-il rappelé.

Symbole de la lutte anti-apartheid, Winnie Madikizela-Mandela a sans aucun doute marqué son époque et sa génération. Quelques spectateurs présents au stade d’Orlando ont également tenu à rendre témoignage de ce qu’ils retiennent de leur héroïne. « Je me souviens d’elle. J’étais là en 1974 quand elle venait dans les écoles et nous disait qu’il fallait manifester », a raconté à l’AFP un des spectateurs, Lilian Motgung. « Pour nous, elle était une héroïne. Je ne sais pas où va aller l’Afrique du Sud sans elle, personne ne pourra la remplacer », s’est inquiété un prêtre, John Moletsane. “En tant que mère, en tant que femme, en tant que fille, elle a tout vécu. Dans un sens, ça lui a donné des armes pour combattre. Elle a été jeune, elle a été mariée et elle a été séparée de son mari. Elle a élevé ses enfants toute seule. Elle a vécu pratiquement que toute autre femme dans sa propre vie.”, a fait savoir Raymonde Mokoena à l’AFP. Les plus jeunes ont également témoigné leur admiration pour celle qu’ils appellent affectueusement “Mama Mandela”. Pour Julius Zuma (21 ans), “on est là pour célébrer la vie de Winnie Mandela. Elle a fait beaucoup pour nous et en particulier pour la jeunesse. Elle a combattu la suprématie blanche pour nous permettre d’être là où nous sommes aujourd’hui”.

Péma Gaël

Comments

comments

Laisser un commentaire