mardi, août 3Nouvelles importantes

SIAO 2018 : LE BURKINA FASO EN OPÉRATION DE CHARME À PARIS

Après Bruxelles, la capitale de l’Europe, C’est par la ville lumière, Paris que la délégation burkinabè a décidé de clore son circuit de campagne de communication autour de l’évènement fédérateur SIAO qui met en avant le secteur de l’artisanat , puissant levier du développement économique au Burkina. Le choix de cette ville pour déposer les valises est bien à des égards, justifiés, à en croire le ministre Harouna Kaboré.

” Le choix de Paris pour abriter ce point de presse du plus grand salon mondial de la promotion de l’artisanat africain se justifie par les réalités suivantes. Le SIAO enregistre une forte participation française à chaque édition aux titres des acheteurs professionnels et des médias. La France, surtout Paris, reste une plaque tournante en Europe non seulement en matière d’art, mais également de médias, utilisant notre langue officielle : la langue française.”, a expliqué le ministre en charge du commerce et de l’artisanat Harouna Kaboré.

Ce grand carrefour de l’art , plateforme de brassage, de valorisation de la culture, de l’avis d’Alain Françis Gustave Ilboudo, ambassadeur du burkina en France, est un cadre privilégié d’échanges commerciaux d’où ces ambitions nourries pour la 15e édition marquant les 30 ans de l’existence de l’évènement initié par le Capitaine Thomas Sankara. ” Cette conférence poursuit les objectifs suivants : enregistrer la participation d’au moins 3.500 exposants. Assurer la participation d’au moins 250 acheteurs et visiteurs professionnels venant des quatre coins du monde. Offrir 550 stands à l’ensemble des participants. Obtenir la participation d’au moins 27 pays africains. Enregistrer au moins 350.000 visiteurs grand public venant de tous les horizons. Obtenir une meilleure visibilité au salon à travers sa couverture médiatique par au moins 50 médias nationaux et internationaux.”, a-t-il précisé.

Pour un rayonnement de l’èvènement, ceratins des participants interpellent les autorités sur ces aspects. Moumouni Savadogo, artiste peintre estime que le ”marché en Afrique a pris un coup en raison des questions sécuritaires. Les touristes viennent de moins en moins sur le continent”. Pour Georges De Baziri, styliste, les organisateurs gagneraient à travailler sur ”l’accessibilité au site du SIAO”.

Afin que les ambitions nourries soient une réalité, le gouvernement dit prendre toutes les mesures nécessaires pour une sécurité maiximale garantissant de ce fait la quiétude des participants à cette biénnale de l’artisanat africain. Rendez-vous est donc pris pour Ouagadougou, capitale du burkina du 26 octobre au 4 novembre 2018 pour vibrer au rythme de la culture. rythme de la culture.

Comments

comments

Laisser un commentaire