samedi, octobre 23Nouvelles importantes

COMMENT EBOLA DETRUIT L’ORGANISME HUMAIN

Alors que les patients contaminés par Ebola se multiplient ces dernières semaines, notamment en République démocratique du Congo, l’AFP a mis en ligne une vidéo explicative sur les dégâts engendrés par le virus sur le corps humain.

La maladie à virus Ebola est hautement contagieuse et souvent mortel chez l’être humain. Le malade n’est pas contagieux tant que les symptômes ne sont pas manifestés. Les symptômes peuvent apparaître à tout moment entre deux à une vingtaine de jours après l’exposition au virus, mais la période la plus courante se situe entre huit et dix jours. Les cellules de l’immunité qui capturent et digèrent les microbes pour défendre pour défendre l’organisme sont les cibles prioritaires du virus Ebola. Habituellement la réponse immunitaire du corps renforce les cellules qui peuvent ainsi se défendre face aux infections virales. Or Ebola réussi non seulement à échapper à la surveillance immunitaire de ces cellules, mais aussi à provoquer leur destruction.

Les signes cliniques débutent par une brusque montée de température, un état de faiblesse générale, des douleurs musculaires, des maux de tête et de gorge. Le virus s’attaque ensuite aux quiqui protègprotègent les vaisseaux sanguins et altèrent leur intégrité provoquant des hémorragies, pertes plasmatiques et à la déshydratation et hypotension. Le foie étant un des sites majeurs de la réplication du virus, les malades souffrent aussi de douleurs abdominales, de diarrhée et de vomissements. Peuvent apparaître aussi chez certains, des yeux rouges, éruption cutanée, saignements à l’intérieur et à l’extérieur du corps, difficultés à respirer et à avaler.

L’épidémie qui s’est déclarée début avril dans des zones isolées de la République démocratique du Congo a fait 27 morts, dans la région de Mbandaka, d’après le bilan établi par l’OMS. Cette ville, qui compte 1,2 million d’habitants selon l’OMS, se trouve au carrefour d’axes de circulation routière, fluviale et aérienne majeurs. À ce jour, les autorités ont signalé 49 cas de contamination confirmés ou suspects et s’attendent à d’autres nouveaux cas.

Péma Gaël

Comments

comments

Laisser un commentaire