vendredi, juin 18Nouvelles importantes

«Transparence pour transparence , que toutes les informations sur les Fonds communs et les accords confidentiels soient rendues publiques afin de situer l’opinion» (Ismael Ouedraogo)

Bonjour chers tous,

La tournure que prend le bras de fer entre les Syndicats des finances et leur Ministre de tutelle n’honore pas les différentes parties ni le Burkina Faso. Soyons réalistes et objectifs , comment peut on ramener le débat aussi bas ? La force des arguments doit prévaloir à tout point de vue surtout qu’il s’agit d’une question sensible. Ne nous voilons pas la face aucun pays ne peut se permettre un immobilisme continu et se développer convenablement. L’histoire récente de ce pays aurait dû nous amener à plus de recul dans nos actes et nos manières de lutter mais hélas. Ce spectacle pitoyable auquel nous assistons aurait dû être évité si et si seulement il y avait une sincérité dans la gestion de ce dossier. Des accords secrets ont été signés entre les deux parties au grand dam de l’ensemble des citoyens avec une close de confidentialité respectée. Du passage de la ministre des finances à l’Assemblée nationale avec les révélations qui ont été faites à la conference de presse de la Coordination des syndicats des finances, nous ne sommes qu’au début. «Transparence pour transparence , que toutes les informations sur les Fonds communs et les accords confidentiels soient rendues publiques afin de situer l’opinion». Ce débat aurait pu être tranché autrement avec la possibilité de demander l’avis du peuple car il est le juge suprême dans ce cas de figure. Tôt ou tard la négociation finira par ramèner les différentes parties à la raison pourquoi forcément gripper une machine déjà aux abois ? Revendiquer de meilleures conditions de vie et de travail est le droit minimal de tout travailleur mais cela requiert au moins la manière. Un pays dépendant de l’aide extérieure ne peut se permettre ce qui arrive au Burkina. Le jusqu’au-boutisme par nature ne profite à personne infine donc il urge que des concessions soient faites de chaque côté au moins pour l’intérêt supérieur de la Nation. Quand les injures , les calomnies et les médisances deviennent des arguments de défense , cela n’est que l’expression de l’échec dans le combat qui est mené. Acceptons la diversité des opinions sur le sujet car tout Burkinabè patriote ne cherche que le bonheur de ce peuple. Aucun Burkinabè patriote ne jubile en sachant que son pays se bat au quotidien pour figurer parmi les derniers de  classe. Sachons raison garder pendant qu’il est temps. Bon début de week-end à tous. Dieu veille sur le Burkina.

Ismael Ouedraogo 

Comments

comments

Laisser un commentaire