dimanche, septembre 26Nouvelles importantes

LUTTE CONTRE L’INSECURITE A OUAGA

Un réseau de braqueurs dans les filets de la Police

 

A l’occasion d’une conférence de presse animée le 29 juin 2020, à Ouagadougou, le Service régional de la Police judiciaire du Centre annonce avoir démantelé un réseau de braqueurs qui sévissaient dans la ville de Ouagadougou.

« Dans le cadre de l’exécution de ses missions régaliennes de protection des personnes et de leurs biens, le Service régional de la police judiciaire du Centre (SRPJ-C) vient de mettre un terme aux activités d’un (01) réseau de délinquants, présumés auteurs d’actes de grand banditisme dans la ville de Ouagadougou. En effet, suite aux multiples plaintes et dénonciations de cas de braquages par les populations, le SRPJ-C a ouvert des enquêtes. Les minutieuses investigations entreprises par les enquêteurs avec la collaboration de la population, ont permis le démantèlement d’un groupe d’individus qui ont participé aux actes de vol à main armée et de meurtres dans plusieurs quartiers de la ville de Ouagadougou, notamment Tampouy, Karpala, Nagrin, Dassasgo et Bissighin. Ces délinquants opèrent depuis près de deux ans dans la ville, à l’aide d’une kalachnikov et de deux (02) Pistolets automatiques (PA). Deux (02) de ces armes ont été saisies lors des investigations.

I- Membres du réseau interpellés

Les investigations menées ont permis d’interpeller Quatre (04) présumés délinquants du groupe dans leurs retranchements aux quartiers Tabtenga, Nagrin, Tampouy et dans d’autres localités du Burkina Faso. Ce réseau se compose comme suit :

1- M. P, 33 ans, il est domicilié à Tabtenga / Ouagadougou ;

2- Z.S, 31 ans, mécanicien, il est domicilié au quartier Nagrin de la ville de Ouagadougou ;

3- S. S, 28 ans, employé de commerce domicilié au quartier Tampouy de la ville de Ouagadougou ;

4- K.W.J.A, 29 ans, résident à Yalgo /Sanmatenga

ll- Naissance du réseau

La naissance du groupe remonte au premier trimestre de l’année 2018. Il était constitué des nommés I.I, Z.S. alias Romba que le nommé M. P. A. a rejoints plus tard. Rappelons que M. P. A. opérait dans la province du Houët avec un autre groupe de bandits armés spécialisés dans les braquages sur les sites miniers et les vols d’animaux. Cependant, ledit groupe s’est disloqué après qu’un des membres ait été abattu par des paysans organisés en groupe d’autodéfense.     

  1. II- llll- Mode opératoire

Pour ce qui est du mode opératoire, il importe de signifier que le présent réseau est composé de six (06) membres, tous actifs. Ils opèrent généralement en binôme armé d’une Kalachnikov et de Pistolets automatiques. En prélude à leurs opérations, deux (02) membres du réseau à savoir les nommés Z. S. et S. S. se chargent de repérer les endroits à attaquer en tenant compte des risques et des possibilités de gain. Aussi, arrive-t-il que les membres du réseau opèrent à trois, tous armés. Cela fut l’exemple de l’attaque du maquis dénommé ‘’Tassaba Gang’’. De même, certains membres du réseau ont opéré seul dans des auberges de la ville de Ouagadougou.

En général, les délinquants évoluent sur des vélomoteurs sans plaque d’immatriculation. Au moment des opérations, une ou deux personnes tiennent en respect les victimes en les sommant de se coucher sous la menace d’armes à feu. Pendant ce temps, certains font le guet et renseignent les autres membres sur les éventuels risques. Ainsi, les délinquants dépouillent systématiquement leurs victimes de leurs biens, puis se retirent des lieux en faisant des tirs à blanc. Il convient d’indiquer que le réseau opère généralement entre 19h et 23h et peut mener souvent trois (03) braquages dans la même nuit. Après les forfaits, la liquidité est partagée à part égale entre les membres ayant participé à l’opération. Pour les biens en nature (téléphones, ordinateurs portables, clefs USB et disques durs), ils sont remis au nommé W. K. alias Masta, un repris de justice et ce dernier, en plus d’indiquer les cibles, se charge de trouver des receleurs.

IV- Palmarès du groupe

Les nommés M.P.A, Z.S alias Romba, S.S et K.W.J.A sont des coauteurs dans plusieurs vols à main armée. Les susnommés agissent en collaboration avec les nommés I.I, chef du groupe et W. K. alias Masta.  I.I. était préalablement incarcéré à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO) pour des faits de port illégal d’arme à feu et d’acte de grand banditisme. Ces deux derniers n’ont pas pu être interpellés pour le moment.

Après l’incarcération du nommé I.I, les armes du groupe étaient gardées par les nommés Z.S. et M.P.A. Courant mois d’avril 2020, des membres du réseau ont effectué des actes de braquage dans une alimentation et une station à essence dans le quartier Bissiguin de Ouagadougou. Ajoutons que ces derniers reconnaissent être auteurs de plusieurs vols à main armée commis dans des bars, des boutiques Orange money, des stations d’essence et des auberges de la ville. Ils n’hésitaient pas à faire usage de leurs armes contre quiconque s’oppose ou tente de crier au secours lors des attaques. Pour preuve, une serveuse qui se prénommait Aïcha de nationalité togolaise, a perdu la vie lors d’une de leurs attaques. Aussi, courant janvier 2020, un maquis dénommé « Selfy » a été la cible d’une attaque perpétrée aux environs de 23h par les nommés I.I. (chef de mission), M.P.A et Z.S. A leur arrivée sur les lieux, la défunte (serveuse dans ledit maquis) n’avait pu s’abstenir de crier lorsqu’elle avait vu les hommes en arme qui faisaient des tirs de sommation. Sur le champ, elle a été froidement abattue. Ce même groupe, au cours d’un vol à main armée dans une auberge au quartier Wayalgin, a dépossédé un vigile de son Pistolet automatique calibre 7.65 mm. Plus tard, les membres du groupe ont utilisé cette arme pour commettre d’autres forfaits.

Sommes toutes, depuis le premier trimestre de l’année 2018, les six (06) individus que compose le réseau ont commis près d’une quarantaine de braquage dans la ville de Ouagadougou. Sur leur indication, une trentaine de victimes a été identifiée et une vingtaine a été auditionnée. Le préjudice cumulé causé par ces délinquants sur la base des déclarations des victimes s’élève à près de dix millions (10 000 000) de francs CFA, une trentaine de téléphones portables, deux vélomoteurs, un ordinateur portable, un disque dur et des clefs USB.

Objets saisis

Au cours des investigations, plusieurs matériels ont été saisis des mains des présumés auteurs. Il s’agit de :

1- une (01) arme de guerre Kalachnikov AK 47 n° 12379J ;

2- quatre (04) chargeurs de Kalachnikov ;

3- quarante-cinq (45) cartouches de kalachnikov ;

4- un pistolet automatique ;

5- deux (02) chargeurs de P A 7,65 mm ;

6- six (06) cartouches de P A 7,65 mm ;

7- une cagoule ;

8- deux (02) Blouses ;

9- trois (03) vélomoteurs.

C’est le lieu pour nous de remercier les citoyens qui, grâce à leur collaboration, ont permis d’atteindre ce résultat. Tout en réaffirmant notre disponibilité, nous demandons une fois de plus la contribution de tous pour endiguer l’insécurité dans la ville de Ouagadougou. Nous vous rappelons les numéros verts qui sont le 17 pour la Police nationale, le 16 pour la Gendarmerie nationale et le 1010 pour le Centre national veille et d’alerte (CNVA).

Source : SRPJ-C »

Comments

comments

Laisser un commentaire